Nouvelle 4

Je me souviens parfaitement de la lumière, brûlante, vive, intense. C’est probablement pour cette raison qu’elle avait tiré les rideaux par-dessus les persiennes. Elle a dû se dire que cela le gênerait si, par miracle, il devait à nouveau ouvrir les yeux. J’étais assis à moins d’un mètre d’elle et je l’ai regardée faire. Quand elle s’est levée en prenant appui du plat de ses mains sur les rebords de la chaise, puis qu’elle s’est dirigée en traînant les pieds vers la porte-fenêtre, rompue par la peine et les nuits de veille, je me suis dit qu’elle ne pouvait vraiment pas s’en empêcher. Jusqu’à son dernier souffle, il aura fallu qu’elle se sacrifie. Qu’elle s’échine à anticiper coûte que coûte le désir des siens. L’empathie, c’était sa raison d’être, à la vieille. Une raison d’être qui lui avait non seulement façonné l’âme mais aussi la silhouette, à la fois robuste et généreuse, avec une chair molle et spongieuse comme celle des sportifs qui ont abandonné l’exercice depuis longtemps. Quand elle vous parlait en inclinant légèrement la tête, avec cette esquisse de sourire qui lui éclairait le regard, on aurait dit qu’il lui suffisait d’écarter les bras pour étreindre toute la misère du monde.

Le vieux ? Il se trouvait dans la chambre, où voulez-vous qu’il se trouvât en pareille circonstance ? Après tout, Luc était son fils, au même titre qu’il était celui de la vieille. Je le revois encore, appuyé contre l’embrasure de la fenêtre, celle qui donnait sur la rue, le visage sec et osseux, à l’exact opposé de l’endroit où se trouvait la vieille. Je ne me souviens plus de ce qu’il regardait. Quelque chose avait dû l’intriguer dans la cour : un bruit, un mouvement quelconque. Il respirait bruyamment, ou plutôt il haletait et cela m’impressionnait malgré l’habitude que nous avions d’entendre ce râle gras et traînant qui le suivait partout, comme une ombre sépulcrale. Je l’ai toujours connu malade, le vieux, avec cette bombonne blanche dans la poche intérieure de son pantalon, dont il se fichait le bec en bouche lorsque la toux le prenait afin d’inhaler je ne sais quel produit jusqu’à en pâlir.


Pour participer, vous devez utiliser l’intégralité de ce début (ou de l’un des 3 autres débuts proposés) que vous copierez-collerez en tête de votre nouvelle.



















Extensions autorisées : .doc, .odt, .docx | Poids du fichier limité à 1 Mo
Attention : Les illustrations ne sont pas acceptées !

Merci d'attendre que votre fichier soit totalement envoyé au serveur avant de fermer la fenêtre. Merci de patienter

Merci d'attendre que votre fichier soit totalement envoyé au serveur avant de fermer la fenêtre.
Partenaires